OPTIMHOME Immobilier : Etude OptimHome - Les Français, l'immobilier et le contexte politique - L'actualité immobilière - OPTIMHOME Immobilier immobilier verneuil sur avre , immobilier limoges , immobilier provins , immobilier honfleur , immobilier draguignan , immobilier nancy Vous méritez l'exclusivité ! immobilier - Appartement, Bastide, Bergerie, Bureaux, Cession de bail, Chalet, Chateau, Corps de ferme, Demeure de Prestige, Domaine agricole, Domaine forestier, Entrepôt / Local industriel, Entreprise, Etang, Fonds de commerce, Hameau, Hotel particulier, Immeuble, Local commercial, Local d'activité, Loft, Longère, Lotissement, Maison, Maison de village, Manoir, Mas, Moulin, Murs, Parking / box, Programme Neuf, Riad, Terrain, Terrain de loisirs, Villa, - Optimhome est le premier réseau de conseiller en immobilier en France. Découvrez les services du réseau de conseiller Optimhome et profitez en pour acheter ou vendre une maison, un appartement ou une villa.
Vous méritez l'exclusivité !

Etude OptimHome - Les Français, l'immobilier et le contexte politique

OPTIMHOME.COM | Date : 07/06/2017
 Etude OptimHome - Les Français, l'immobilier et le contexte politique

Tous les indicateurs sont favorables !

Pour la 3ème année consécutive, le réseau immobilier OptimHome s’attache, par le biais d’une étude menée avec l’Ifop, à connaître la perception des Français concernant le marché de l’immobilier et de leurs attentes à l’égard des professionnels de l’immobilier. L'étude menée cette année a été élargie afin de mieux comprendre l’impact du contexte politique sur les particuliers ayant un projet d’achat ou de vente d’un bien immobilier et de mieux cerner leur position et leur connaissance face à certaines propositions annoncées par les candidats à l’élection présidentielle pour l’immobilier et le logement. 

L’enquête a été réalisée du 20 au 24 avril 2017 par l’institut Ifop auprès d’un échantillon de 1 501 personnes représentatif de la population française âgée de 25 à 65 ans.

PRINCIPAUX ENSEIGNEMENTS :

LES FRANÇAIS ET LE MARCHE IMMOBILIER

  • Si le budget alloué pour l’acquisition notamment d’une résidence principale varie peu en un an, le recours à un crédit tend en revanche à augmenter
  • Les personnes contractant un crédit ont opté pour des emprunts d’une durée sensiblement plus courte que l’année dernière
  • Les délais d’acquisition ou de vente des biens immobiliers diminuent significativement
  • L’utilisation du mandat exclusif a doublé en deux ans
  • L’image des professionnels de l’immobilier progresse significativement par rapport aux deux dernières années et le recours à un professionnel de l’immobilier s’inscrit de nouveau à la hausse
  • Les particuliers sont de plus en plus intéressés et demandeurs de services innovants et interactifs 

LES FRANÇAIS, LE CONTEXTE POLITIQUE ET LES ENJEUX LIES A L’IMMOBILIER ET AU LOGEMENT

  • Le contexte politique et économique est perçu comme globalement favorable aux achats immobiliers
  • Les Français estiment que les enjeux relatifs au logement et à l’immobilier n’ont pas été assez abordés lors de la campagne présidentielle et attendent que ceux-ci soient traités lors des élections législatives
  • Un très grand nombre des Français sondés déclare plutôt mal connaître les propositions en matière de logement et d’immobilier de leur candidat
  • Les mesures visant à réduire la taxe d’habitation sont particulièrement appréciées, ainsi que la mesure proposant d’ouvrir la possibilité pour les propriétaires de vendre plus tôt leurs biens immobiliers, au bout de 22 ans et non plus de 30 ans, sans être taxés sur leurs plus-values
  • Une majorité se dit défavorable à une sortie de la France de l’Union Européenne, et considère que les conséquences sur le marché de l’immobilier seraient négatives

EXTRAIT DES RESULTATS DE L’ETUDE :

LES FRANÇAIS ET LE MARCHE IMMOBILIER

Perception des professionnels de l’immobilier et de leurs prestations

L’image des professionnels de l’immobilier progresse significativement par rapport aux deux dernières années.

Désormais 61% des Français sondés en ont une bonne image (+6 pts vs 2016 et +7 pts vs 2015).

Cette image est meilleure auprès des CSP - (66%) et des personnes ayant l’intention de vendre leur résidence principale dans les 12 prochains mois (67%).

Plus des trois quarts des personnes accompagnées par un professionnel dans le cadre d’une vente sont satisfaits de leur prestation (77%).

Comportement lors d’un achat ou d’une vente d’un bien immobilier

Le recours à un professionnel de l’immobilier dans le cadre de l’acquisition ou d’une vente d’une résidence principale s’inscrit de nouveau à la hausse.

65% des personnes ayant acheté un bien et 70% des vendeurs (+7pts) au cours des 3 dernières années ont eu recours à un professionnel.

Dans le cadre d’une vente, les services les plus attendus de la part d’un professionnel de l’immobilier sont avant tout financiers.

45% des personnes interrogées déclarent en effet que celui-ci doit proposer une estimation la plus fiable possible du bien par rapport au prix du marché (+2 points). Toujours en matière financière, la vérification de la solvabilité des acquéreurs arrive en second mais loin derrière (12%, -1 point). La réalisation de visites et des comptes rendus de visites (11%, stable) se classe en troisième position devant la diffusion de l’annonce (10%), des conseils professionnels sur des diagnostics techniques (9%), la réalisation de l’annonce de vente (6%) et la tenue de points réguliers sur l’état d’avancement du processus de vente (6%).

L’utilisation du mandat exclusif a doublé en deux ans.

Signe là encore d’une confiance accrue envers les professionnels de l’immobilier, le recours au mandat exclusif par les vendeurs d’une résidence principale progresse de 21% en 2015 à 34% en 2016 pour s’établir à 42% cette année.

Moyens et informations utilisés pour entreprendre un projet immobilier

A l’instar de ce qui est constaté pour d’autres secteurs, les comportements hybrides progressent.

Acheteurs comme vendeurs potentiels sont plus nombreux à envisager de consulter à la fois un professionnel de l’immobilier et en parallèle de passer « de particulier à particulier » (63%, +5 pts pour les vendeurs et 52%, +8 pts pour les acheteurs).

Lors de la consultation en ligne d’une annonce immobilière, les informations recherchées portent en priorité, hormis le prix, sur la description détaillée du bien immobilier (31%, +4pts vs 2016), les photos du bien (22%) et la géolocalisation précise du bien (19%, +4pts).

Les autres informations dont les données sur le quartier ou la ville, une simulation du financement, le diagnostic énergétique, la proximité d’établissements scolaires, l’accessibilité des transports ou encore les avis des clients sont cités prioritairement par moins de 10% des acheteurs potentiels.

Nouveaux services attendus

Une forte proportion d’acheteurs potentiels se montre intéressée par les services innovants et interactifs. Ainsi, 85% seraient intéressés par le fait de pouvoir avoir accès à une visite virtuelle en 3D d’un bien immobilier (dont 47% « tout à fait intéressés ») et 81% par la possibilité de consulter un commentaire du propriétaire sur son bien (dont 30% « tout à fait »).

Par ailleurs, les trois quarts souhaiteraient suivre directement sur Internet l’évolution de leur projet de vente immobilière (78%) et localiser les biens immobiliers à proximité de leur lieu de travail (75%).

Dans une moindre mesure, 61% seraient intéressés par la possibilité de visiter un bien immobilier à distance via une conversation vidéo en direct avec un conseiller. Seule la signature électronique, soit la possibilité de signer un contrat via internet, n’intéresse qu’une minorité d’acheteurs potentiels (40%).

Intentions d’achat ou de vente dans les 24 prochains mois

Les intentions d’achat et de vente d’un bien immobilier sont très stables d’une année sur l’autre.

24% des sondés envisagent de faire l’acquisition d’un bien immobilier dans les 24 prochains mois (même score qu’en 2016 et +1pt vs 2015) et 8% comptent vendre un bien au cours des douze mois à venir (-1 point vs 2016 et 2015).

Les 25-34 ans sont sur représentés parmi les acheteurs potentiels (40%). Par ailleurs, les personnes en couple, dans des foyers nombreux et habitant dans une maison sont plus nombreux à envisager un achat ou une vente.

Budget et moyen de financement

Le budget alloué à l’acquisition de la résidence principale varie peu en un an.

57% des personnes ayant acheté un bien immobilier dans les trois dernières années pour en faire leur résidence principale ont alloué à cet achat un budget inférieur à 200 000 euros (vs 60% en 2016). A l’opposé, seuls 9% lui ont alloué un budget supérieur à 350 000 euros (vs 10% en 2016).

En revanche le recours à un crédit tend à augmenter.

Le recours à un crédit pour acquérir une résidence principale, déjà important l’année dernière, augmente considérablement cette année. 86% des personnes concernées y ont en effet eu recours contre 77% en 2016.

Autre évolution, les personnes contractant un crédit ont opté pour des emprunts d’une durée sensiblement plus courte que l’année dernière : si une majorité a eu recours à un crédit de plus de 16 ans cette année (61%), cette proportion est inférieure au résultat de 2016 (68%).

Délais de vente et d’acquisition

L’étude révèle que le temps nécessaire à l’achat d’un bien diminue sensiblement lorsqu'un professionnel de l’immobilier est sollicité. 84% des personnes concernées ont en effet réalisé leur achat en moins de 6 mois contre 75% en 2016 et 72% en 2015.

Comme pour l’acte d’achat, la vente d’une résidence principale s’effectue plus rapidement que dans les années passées. 62% des personnes qui sont passées par un professionnel ont réalisé la vente de leur bien immobilier en moins de 6 mois (+4 pts vs 2016 et +2 pts vs 2015).

LES FRANÇAIS, LE CONTEXTE POLITIQUE ET LES ENJEUX LIES A L’IMMOBILIER ET AU LOGEMENT

Perception du contexte politique

Le contexte politique et économique est perçu comme globalement favorable aux achats immobiliers.

Malgré les incertitudes politiques (l’enquête a été réalisée juste avant le premier tour de l’élection présidentielle alors que les intentions de vote étaient très serrées entre 4 candidats) et économiques (la reprise économique est encore timide), 60% des sondés considèrent que le contexte politique et économique actuel est propice à l’achat d’un bien immobilier.

Cet optimisme est davantage partagé par les Français au sein desquels figure la plus grande proportion de primo accédants et les CSP+ (65%). Il augmente, par ailleurs, à mesure que le niveau de revenu s’élève.

etude-ifop-2017-optimhome-contexte-politique-favorable-achat-immobilier

Perception de la prise en compte des enjeux liés au logement et à l’immobilier dans la campagne présidentielle et législative

L’immobilier, considéré comme grand absent de la campagne présidentielle, ne doit pas être occulté une seconde fois lors de la campagne pour les élections législatives.

75% estiment en effet que les enjeux relatifs au logement et à l’immobilier n’ont pas été assez abordés lors de la campagne présidentielle.

Ces enjeux sont pourtant prépondérants à leurs yeux, une proportion identique (75%) souhaitant qu’ils soient abordés lors de la campagne pour les législatives de juin 2017.

etude-ifop-2017-optimhome-enjeux-logement-immobilier-campagne-presidentielle

La connaissance des propositions des candidats à l’élection présidentielle en matière de logement et d’immobilier

Un très grand nombre des Français sondés (88%) déclare plutôt mal connaître les propositions en matière de logement et d’immobilier de leur candidat.

Après description de leur contenu, la plupart des propositions des candidats à l’élection présidentielle en matière de logement et d’immobilier reçoivent un accueil favorable.

8 d’entre elles sur 11 suscitent plus de 80% d’adhésion. Certaines sont mêmes très appréciées, obtenant des taux de « tout à fait favorables » élevés. La plus plébiscitée était celle de François Fillon proposant d’ouvrir la possibilité pour les propriétaires de vendre plus tôt leurs biens immobiliers, au bout de 22 ans et non plus de 30 ans, sans être taxés sur leurs plus-values (49% sont « tout à fait favorables » et 90% « favorables »).

Les mesures visant à réduire la taxe d’habitation particulièrement appréciées

Les deux promesses d’Emmanuel Macron, rénover un million de logements mal isolés d’ici 2022, en priorité ceux des propriétaires les plus modestes, et exonérer de la taxe d'habitation les Français des classes moyennes et populaires, sont également bien accueillies. Respectivement 40% et 41% des personnes interrogées y sont « tout à fait favorables » (90% et 78% y sont globalement favorables). Toujours concernant la taxe d’habitation, la proposition de Marine Le Pen visant à réduire les dépenses de logement grâce à la baisse de la taxe d’habitation pour les plus modestes recueille 40% de réponses « tout à fait favorable » (et 86% de réponses favorables).

Seules deux propositions étaient jugées clivantes, celle de François Fillon proposant de supprimer l’encadrement des loyers et d’accorder en contrepartie des avantages fiscaux (15% d’opinions « tout à fait favorable » et 52% « favorable ») et celle de Jean-Luc Mélenchon d’arrêter les aides fiscales destinées à l’investissement locatif privé (14% d’opinions « tout à favorable et 49% « favorable »).

Propositions soumises aux sondés / Focus sur les sondés sympathisants « En Marche »

etude-ifop-2017-optimhome-enjeux-logement-immobilier-campagne-presidentielle

L’opinion relative aux conséquences d’une sortie de la France de l’UE sur le marché de l’immobilier

Si une majorité (63%) est défavorable à une sortie de la France de l’Union Européenne, cette éventualité séduit néanmoins plus d’un tiers d’entre eux (37%). Ce score relativement élevé s’explique en partie par l’importance accordée au débat sur la sortie ou le maintien de la France dans l’UE lors de la campagne présidentielle.

Les deux candidats qualifiés à l’issue du premier tour ont en effet beaucoup contribué à l’imposer en cherchant à dépasser le clivage traditionnel droite / gauche pour s’inscrire sur une ligne de partage entre souverainistes prônant plus de distance par rapport à l’UE et progressistes (ou mondialistes selon les appellations) plus attachés à l’UE et considérant plus généralement que l’ouverture des frontières est une chance pour la France. De fait, assez logiquement, les sympathisants du Front National sont très largement favorables à un Frexit (77%).

A un degré moindre, les ouvriers y sont également majoritairement favorables (54%). A l’opposé, plus le niveau de revenu progresse, moins cette perspective est souhaitée.

Les conséquences d’un Frexit sur le marché de l’immobilier seraient négatives pour une majorité des personnes interrogées (57%). A l’opposé seuls 21% anticipent des conséquences positives tandis que pour 22% son impact serait neutre.


 METHODOLOGIE :

  • L'enquête a été menée auprès d'un échantillon de 1501 personnes, représentatif de la population française âgée de 26 à 65 ans.
  • La représentativité de l'échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d'agglomération.
  • Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 20 au 24 avril 2017.

infographie-etude-optimhome-ifop-2017

Infographie au format PDF résumant l'étude

TÉLÉCHARGER

etude-complete-ifop-optimhome-2017

L'étude complète OptimHome - Ifop "Les Français, l'immobilier et le contexte politique"

TÉLÉCHARGER
Vous avez un projet immobilier ? Contactez votre conseiller OptimHome de proximité !
RECHERCHER UN CONSEILLER

SUIVEZ-NOUS SUR LES RESEAUX SOCIAUX